iceberg vector shape
Keep in touch

L’huile de phoque pour l’arthrite rhumatoïde

16 February 2021
Seal Oil Omega-3
Seal Oil and Rheumatoid Arthritis

L’exploitation économique de produits issus de la capture du loup-marin (phoque) est en pleine émergence au Canada. L’identification de propriétés d’intérêt des constituants de cette ressource représente un levier socio-économique essentiel au déploiement de cette industrie. L’huile de phoque se distingue des autres huiles marines de par sa composition spécifique en certains acides gras oméga-3 dont l’acide docosapentaénoïque (DPA). Ce dernier aurait le potentiel selon des travaux scientifiques de soulager les douleurs articulaires, cependant l’huile de loup-marin ne bénéfice pas encore d’allégation santé à cet égard, clé d’accès à un marché de grande taille économique.

Les maladies inflammatoires articulaires, désignées par l’appellation « arthrite », regroupent plus de 100 maladies caractérisées par de l’inflammation aux articulations arthrite.ca.. L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015 révèle que plus de 6 millions de Canadiens sont atteints d’arthrite, soit un adulte sur cinqEnquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. 2015.. Bien que le risque augmente en vieillissant, des personnes de tout âge peuvent en souffrir. En effet, parmi les individus atteints d’arthrite, 56% ont moins de 65 ans.

L’arthrite se décline en deux catégories : l’arthrose et l’arthrite inflammatoire (AI). La forme la plus courante d’AI est la polyarthrite rhumatoïde (PR).

 

Impact de l’alimentation sur la santé articulaire

Bien qu’il existe peu de moyens pour prévenir l’apparition d’AI, certaines diètes, comme la diète méditerranéenne, sont associées à une plus faible incidence de PR The Journal of rheumatology 2004;31:1310-9.. Une réduction de l’inflammation chez des gens souffrant de PR a notamment été démontrée après 12 semaines d’une telle dièteAnn Rheum Dis 2003;62:208-14.. Les facteurs protecteurs liés à l’alimentation méditerranéenne sont la consommation d’huile d’olive, d’huile de poisson ainsi que de fruits et légumes.

 

Acides gras oméga-3 

L’impact des acides gras oméga-3 en lien avec les symptômes cliniques de l’AI tels que l’intensité de la douleur articulaire, le nombre d’articulations douloureuses, la durée des raideurs matinales et l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont bien documentés. En 2017, une revue systématique couvrant les résultats de 18 études cliniques randomisées impliquant des patients souffrant de douleurs arthritiques, a rapporté que la prise d’acides gras oméga-3 d’origine marine à des doses de 3 à 9,1 g par jour pendant 12 à 52 semaines pouvait réduire les douleurs articulaires liées à l’arthrite rhumatoïdeNutrition 2017;39-40:57-66.. Une amélioration des symptômes cliniques et plus particulièrement de la douleur arthritique a été observée dans 55% des études. Ces bienfaits se traduisaient par une corrélation positive entre la quantité d’acides gras oméga-3 consommée et la diminution de la douleur articulaire, sans lien toutefois avec la durée de la supplémentation. Quant aux marqueurs sanguins de l’inflammation, la prise d’acides gras oméga-3 a induit une réduction significative de la protéine c-réactive (CRP), qui est un des marqueurs de l’inflammation reflétant l’activité de l’arthriteMadland TM. Calprotectin (S100A8/A9) and S100A12 in inflammatory arthritis. Clinical and epidemiological studies of rheumatoid and psoriatic arthritis. Dissertation for the degree doctor medicinae, University of Bergen 2007.. Ainsi, l’ensemble de ces travaux indiquent un fort potentiel pour les acides gras oméga-3 d’origine marine dont la consommation dans une diète ou en supplément pourrait avoir un impact positif sur les symptômes cliniques liés à l’AI.

 

Huile de loup-marin 

Les deux principaux acides gras oméga-3 présents dans les huiles d’origine marine sont l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). L’huile de loup-marin se distingue des autres huiles d’origine marine car elle renferme un 3ème acide gras oméga-3 en concentrations appréciables, l’acide docosapentaénoïque (DPA) que l’on ne retrouve pas – ou peu – dans les autres huiles marines. Cette richesse en DPA fait de l’huile de loup-marin une des rares sources naturelle et substantielle de DPA. Les effets de l’huile de loup-marin sur les maladies inflammatoires sont rapportés depuis plus de dix ans, et indiquent une tendance à l’amélioration de la condition de patients souffrant de douleurs articulaires Lipids 2002;37:935-40.  Scand J Gastroenterol 2004;39:1088-94.  Lipids Health Dis 2006;5:6. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 2009;81:425-32.. Dans ces essais cliniques, les patients recevaient 10 mL d’huile de loup-marin trois fois par jour pendant 10 jours, ce qui représentait un apport quotidien de 1,8  – 2,0 g d’EPA, 2,2  – 2,6 g de DHA et 0,9  – 1,0 g de DPA. La moitié des études a démontré qu’un tel apport quotidien permettait de réduire significativement les douleurs articulaires Lipids 2002;37:935-40.  Scand J Gastroenterol 2004;39:1088-94., de même que diminuer les raideurs matinales, le nombre d’articulations douloureuses, l’intensité de la douleur et le score de l’activité rhumatismale telle qu’évaluée par un médecin, comparativement au groupe contrôle qui recevait de l’huile de soya Scand J Gastroenterol 2004;39:1088-94.. Une amélioration de la qualité de vie a également été observée par l’entremise d’une diminution des douleurs corporelles et articulairesLipids Health Dis 2006;5:6..

 

Plus spécifiquement, les effets de la consommation d’huile de loup-marin sur l’AI ont été évalués dans le cadre de deux essais cliniques randomisés contrôlés chez des patients souffrant d’arthrite psoriasique polyarticulaire J Rheumatol 2006;33:307-10.(n=38) ou d’une maladie inflammatoire de l’intestin avec douleurs articulairesClin Nutr 2008;27:614-22 (n=43). Lorsque comparée à l’huile de soya, la prise de 10 mL d’huile de loup-marin (2,4 g EPA, 2,6 g DHA, 1,1 DPA) trois fois par jour pendant deux semaines améliorait l’évaluation globale de la maladie à quatre semaines post-traitement J Rheumatol 2006;33:307-10.. Cette amélioration était accompagnée d’une réduction du nombre d’articulations douloureuses, qui elle n’était pas significativement différente du groupe contrôle. Lorsque comparée à de l’huile de foie de morue (2,3 g EPA, 3,7 g DHA, 0,3 g DPA), l’huile de loup-marin tendait à diminuer la douleur de plusieurs articulations, sans différence significative entre les deux groupesClin Nutr 2008;27:614-22.. Ces résultats concernant les bienfaits de l’huile de loup-marin sont prometteurs, mais la littérature dans ce domaine est encore trop restreinte. Sans étude clinique dédiée à des patients atteints de PR, il reste difficile de positionner la prise d’huile de loup-marin pour d’éventuels bienfaits liés à la PR.

Par ailleurs, à notre connaissance, les effets de la consommation de l’huile de loup-marin sur les marqueurs sanguins de l’inflammation n’ont pas encore fait l’objet d’une évaluation chez l’humain. Des travaux sur des modèles animaux ont révélé que chez le rat, l’huile de phoque du Groenland (23 % d’acides gras oméga-3 dont 6,7 % EPA, 10,3 % DHA et 4,7 % de DPA) diminue la production de certains marqueurs inflammatoires comme les cytokines pro-inflammatoires telles que TNF-α (tumor necrosis factor α) et l’interleukine (IL) 1βPreventive nutrition and food science 2015;20:83-7.. Même si ces dernières ne sont pas spécifiques à l’AI, elles sont d’importants marqueurs d’inflammation impliqués dans les mécanismes sous-jacents à cette pathologie, notamment la TNF-α qui est une cible thérapeutique de plusieurs agents biologiques traitant l’AI.

 

Acide docosapentaénoïque

Le DPA, acide gras oméga-3 caractéristique à l’huile de loup-marin, a rarement fait l’objet de travaux de recherche en lien avec l’AI. Chez le rat, la prise de monoglycérides (MAG) de DPA a été comparée avec une prise de MAG d’EPA et de DHA (dose équivalent à 3g/jour) pendant sept joursArthritis Res Ther 2015;17:142.. Les plus fortes réductions de la progression et de la sévérité des maladies arthritiques ont été observées après la prise des MAG-DPA et MAG-EPA, et ont été associées à une réduction des concentrations sériques de certaines cytokines pro-inflammatoires (IL-17A, IL-1β, IL-6 et TNF-α). Dans un modèle animal d’hypertension pulmonaire, la prise de MAG-DPA a induit une diminution du NF-κB (nuclear factor-kappa B)Am J Physiol Heart Circ Physiol 2014;307:H574-86.. Cette protéine est impliquée dans la transcription des molécules pro-inflammatoires. L’activation de NF-κB est caractéristique de la PR et provoque une hausse des cytokines proinflammatoiresEur J Pharmacol 2016;792:70-7.. Ces études animales suggèrent une action du DPA sur les marqueurs de l’inflammation associés à l’AI, ce qui n’a pas encore été validé chez l’humain, mais qui représente une piste d’intérêt vers une amélioration clinique des symptômes liés à l’AI.

Chez des sujets humains sains (n=143), une corrélation négative a été observée entre les concentrations en DPA des globules rouges et la concentration en CRPNutrients 2015;7:6390-404.. Chez des patients atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin, les concentrations sériques de DPA étaient inversement corrélées avec les niveaux d’eotaxin-1 (cytokine pro-inflammatoire) dans des tissus d’une biopsie du colonPLoS One 2016;11:e0156387.. Récemment, une étude d’observation a permis d’évaluer l’association entre certains marqueurs inflammatoires, les symptômes cliniques de l’AI et les concentrations sanguines d’acides gras oméga-3 chez des individus sans diagnostic d’arthrite mais porteurs de l’antigène anti-CCP3 qui est précurseur sanguin 3-5 ans avant l’apparition des symptômes d’AIRheumatology (Oxford) 2017;56:2229-36.. Il a été démontré que des concentrations élevées en DPA dans les globules rouges étaient corrélées significativement avec la diminution de l’incidence d’AI, suggérant que les acides gras oméga-3, et plus particulièrement le DPA, permettraient de réduire le risque de développer l’AI chez des porteurs de l’anti-CCP3+.

 

Conclusion 

L’ensemble des études menées en lien avec l’AI et les acides gras oméga-3 d’origine marine constituent une base scientifique solide et pointent vers les bienfaits de ces composés pour améliorer certains symptômes de maladies inflammatoires telles que l’AI, et pour réduire l’apparition des marqueurs pro-inflammatoires et inflammatoires. Toutefois, les études sur l’huile de loup-marin sont rares, et les données demeurent insuffisantes tant du point de vue des échantillons (taille, population cible) que de celui de l’évaluation de la combinaison en acides gras oméga-3 (EPA, DHA, DPA), pour permettre de conclure à un réel bienfait de cette huile. La démonstration chez l’humain de la capacité de l’huile de loup-marin à soulager des douleurs articulaires, apparaît donc scientifiquement justifiée et pertinente, ce qui implique de mettre en place un essai clinique robuste pour étudier les effets de l’huile de loup-marin riche en DPA sur les symptômes cliniques et certains marqueurs inflammatoires chez une population souffrant d’AI, afin de valider les bienfaits de cette combinaison unique d’oméga-3 sur l’AI.

Le Réseau de Gestionnaires de la Ressource du Phoque est fier d’annoncer que grâce à une subvention du Ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation (INNOVAMER), l’équipe de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels  de l’Université Laval complètement une étude clinique de trois ans sur l’impact des acides gras de l’huile de loup-marin sur le soulagement des symptômes associés à la polyarthrite rhumatoïde.

References