iceberg vector shape

Pourquoi la surpopulation de phoques est-elle néfaste pour l'écosystème?

27 October 2021
Récolte des phoques
seal overpopulation_ Canadian Seal Products (1)

Pourquoi les populations de phoques doivent être gérées?

Le Canada abrite six espèces de phoquesGroenland, gris, annelé, commun, à capuchon et barbu – qui totaliseraient plus de 10 millions. Ces populations de phoques, toutes en bonne santé et en croissance, jouent un rôle majeur dans l’écosystème marin, mais leur gestion est controversée.

L’industrie de la pêche en particulier veut des mesures immédiates pour réduire le nombre de phoques, mais le ministère des Pêches et des Océans (MPO), invoquant un manque de science, préfère une approche prudente au point où il n’y a presque aucune gestion. Si le statu quo est maintenu, tout le monde pourrait y perdre, y compris les phoques.

Populations abondantes

De ces six espèces, le phoque du Groenland et le phoque gris sont les plus grands concurrents de la pêche commerciale et donc les plus controversés.

La plus grande population de phoques du Groenland au monde se trouve dans l’Atlantique Nord-Ouest, composée de trois troupeaux. Le troupeau Front se reproduit au large du Labrador et de Terre-Neuve; le troupeau du Golfe se reproduit près des Îles-de-la-Madeleine; et un troupeau plus petit se reproduit dans le nord du golfe du Saint-Laurent. La population totale de l’Atlantique Nord-Ouest est estimée à 7,4 millions (source), et on pense qu’elle est en croissance, mais sa comparaison avec les niveaux historiques est contestée.

Comme les phoques du Groenland, les phoques gris se trouvent des deux côtés de l’Atlantique. Jusqu’à il y a quelques décennies, le stock de l’Ouest était en grande partie confiné au Canada atlantique, particulièrement dans le golfe et au large de Terre-Neuve, des Maritimes et du Québec. Aujourd’hui, son aire de répartition s’étend vers le sud jusqu’à des régions où il a disparu auparavant, et il est déjà nombreux en Nouvelle-Angleterre. La population canadienne est estimée à 505 000 (source).

Concurrence avec l’industrie de la pêche

Les stocks de poissons commerciaux du Canada atlantique sont en difficulté depuis des décennies. En 1992, un moratoire a été imposé sur la pêche à la morue du Nord au large de Terre-Neuve – autrefois la plus grande pêche à la morue au monde. Les stocks semblent maintenant se redresser, mais cela a pris beaucoup plus de temps que prévu. Le capelan, le hareng et le maquereau sont tous en baisse, et le saumon de l’Atlantique est à son plus bas niveau.

Pendant ce temps, les populations de phoques du Groenland et de phoques gris ont augmenté et mangent de plus en plus de ce qu’il reste de poisson.

Pour l’industrie de la pêche, il semble évident que le nombre de phoques doit être réduit, mais le MPO appelle à la prudence, citant de grandes lacunes dans nos connaissances scientifiques sur les relations entre les phoques du Groenland et les stocks de poissons.

De multiples études sur les phoques gris ont été réalisées et il semble qu’ils nuisent aux stocks de poissons et ralentissent le rétablissement de la morue et d’autres espèces de poissons. Ce n’est pas une surprise pour l’industrie de la pêche. Ce qui est surprenant, c’est que le MPO insiste sur le fait que les phoques gris et les phoques du Groenland sont différents et que d’autres études sur les phoques du Groenland sont nécessaires. Et ses découvertes sur les phoques du Groenland, telles qu’elles sont, ont été controversées.

 

 

Par exemple, en 2008, le MPO a constaté que les phoques du Groenland n’étaient pas un facteur important dans le lent rétablissement de la morue et ne nuisaient pas aux stocks de capelan. Et en 2011, un examen commandé par le MPO a révélé « peu de preuves que la prédation par les phoques avait un impact majeur sur la plupart des stocks de poissons commerciaux ».

Les pêcheurs, cependant, préfèrent se fier à leurs propres yeux, et ce qu’ils voient ne corrobore pas ce que dit le MPO. En mai dernier, par exemple, une vidéo prise depuis un bateau de pêche (source) montrait tellement de phoques du Groenland qu’on aurait dit que la mer était en ébullition !

Entre-temps, l’industrie de la chasse au phoque – le seul véritable contrôle du nombre de phoques approuvé par le MPO – a de la difficulté à respecter ses quotas. Le changement climatique a vu la banquise sur laquelle les phoques du Groenland se hissent reculer, rendant les phoques moins accessibles. En 2019, les chasseurs de phoque ont pêché moins de 10 % de leur total autorisé des captures. En 2020, il n’y a eu aucune récolte à cause de la Covid-19, et il y a eu environ 30 000 phoques récoltés en mars 2021.

Alors, combien de poissons mangent-ils ?

La quantité de poisson que mangent réellement les phoques n’est qu’un domaine d’incertitude scientifique, mais ce doit être beaucoup.

Du côté bas, une étude dans la mer de Barents a estimé que le phoque du Groenland mange en moyenne entre 1,2 et 1,8 tonne/an (source). Du côté positif, une autre étude sur les phoques du Groenland menée par Polar Research, également en Europe, a estimé à 7,4 kg/jour pour les mâles adultes et à 9 kg/jour pour les femelles adultes (source), les femelles consommant davantage pour soutenir la grossesse et la lactation. En supposant que la population soit moitié mâle et moitié femelle, cela signifie qu’un phoque moyen mange 2,99 tonnes/an.

Cela signifie que les 7,4 millions de phoques du Canada atlantique mangent jusqu’à 22 millions de tonnes de poissons par année.

Pour mettre cela en contexte, en 2019, la flotte de pêche du Canada atlantique a débarqué un total de 560 484 tonnes (source). Ainsi, les phoques du Groenland du Canada mangent à eux seuls jusqu’à 40 fois plus de poissons et fruits de mer que les pêcheurs en capturent (7).

 

La gestion multispécifique est complexe mais vitale

Aujourd’hui, la gestion de la faune s’efforce d’être aussi holistique que possible. Historiquement, l’accent avait tendance à être mis sur des espèces individuelles, et même maintenant, si une espèce est en voie de disparition, cela se produit toujours. Mais dans le cas d’écosystèmes comme nos océans, la gestion multispécifique est presque toujours privilégiée.

Cependant, il est très complexe et implique souvent des conjectures.

Prenez, par exemple, la relation entre la morue, le capelan, l’industrie de la pêche et les phoques (tout en essayant de prendre en compte tout le reste comme le changement climatique, la pollution, etc.). Malgré un moratoire sur la pêche à la morue, le rétablissement du stock a été lent, et comme la morue mange du capelan, on pensait qu’il n’y avait peut-être pas assez de capelan pour la morue à manger, donc les quotas de pêche pour le capelan ont été réduits. Mais lorsque le rétablissement de la morue ne semblait pas se produire, il a été suggéré que le capelan mangeait tellement d’alevins de morue que la morue n’atteignait pas l’âge de la reproduction. Alors y avait-il trop peu ou trop de capelan ?

Pendant ce temps, comme les autopsies l’ont montré à maintes reprises, les phoques mangent du capelan et de la morue, lorsqu’elles sont disponibles. Et le nombre de phoques augmente. Est-ce que l’une des raisons pour lesquelles la morue met si longtemps à se rétablir est qu’il y a trop de phoques? L’industrie de la pêche le pense certainement et plusieurs études du MPO menées sur d’autres espèces de poissons tendent à le prouver également :

  • Morue : «La prédation par les phoques gris semble être actuellement la principale cause de cette mortalité.»
  • Lompe : « Les mammifères marins sont des prédateurs connus de la lompe.»
  • Plie canadienne : «Une raison probable de l’augmentation de la mortalité naturelle est la prédation par les phoques gris (Swain et Benoît 2015).»
  • Plie rouge : «Les causes de la mortalité naturelle élevée ne sont pas entièrement connues, mais les preuves disponibles appuient l’hypothèse selon laquelle la prédation par les phoques gris est une composante majeure de cette mortalité naturelle accrue.»
  • Merluche blanche : «La prédation par les phoques dans les eaux de Terre-Neuve peut contribuer aux faibles niveaux d’abondance de la merluche blanche, mais des études utilisant des échantillons de plus grande taille (par rapport à Hammill et al. 2007) sont nécessaires pour quantifier les effets de la prédation des phoques sur l’abondance de la merluche blanche. en Div. 3P. /…/ Dans le golfe du Saint-Laurent, la merluche blanche constitue une grande partie du régime alimentaire du phoque gris (Halichoerus grypus) et du phoque du Groenland (Phoca groenlandica; Hammill et Stenson 2002; Hammill et al. 2014).»
  • La raie tachetée : « Les prédateurs de la raie tachetée adulte comprennent le phoque gris et les grands requins. On estime que la plupart des grands requins (p. ex., le requin-taupe commun) ont décliné sur l’ESS (MPO 2015) et il est donc peu probable que la prédation par les requins représente une composante importante de l’augmentation de mortalité de la raie tachetée adulte.»
  • Limande à queue jaune : «La prédation par les phoques gris semble être une cause importante de cette mortalité élevée (p. ex. Swain et Benoît 2015 ; Neuenhoff et al. 2019). »

Attaques de requins en hausse

Une autre conséquence de l’augmentation du nombre de phoques a été une augmentation des attaques de requins au large de la Nouvelle-Angleterre (source).

Tous les phoques sont protégés aux États-Unis depuis 1972, en vertu de la Marine Mammal Protection Act, et aujourd’hui, la Nouvelle-Angleterre et les pointes sud ont des populations croissantes de phoques gris et communs qui reprennent leurs anciennes aires de répartition. Pendant ce temps, à partir de 1997, les requins blancs bénéficient d’une protection fédérale et étatique.

Ainsi, les populations de phoques et de requins rebondissent, ce qui semble bien. Mais il y a un inconvénient.

Les plages de la Nouvelle-Angleterre font du tourisme une part importante de l’économie locale. Mais de plus en plus, les nageurs et les surfeurs doivent partager l’eau avec les phoques, une collation préférée des requins. Ce qui signifie plus d’interactions entre les humains et les requins.

Les attaques de requins contre les humains sont rares, mais elles sont en augmentation ici, et parfois mortelles. Deux décès récents ont été Julie Dimperio Holowach en 2020, au large du Maine (source), et Arthur Medici en 2018, au large de Cape Cod (source).

Les attaques de requins nuisent également au tourisme en général. Si vous avez vu le film Jaws, tourné en Nouvelle-Angleterre, vous saurez comment cela fonctionne.

Et si les populations de phoques ne sont pas gérées ?

Si les populations de phoque du Groenland et de phoque gris continuent de croître sans contrôle, il y aura des conséquences, dont certaines se font déjà sentir. Du moins du point de vue de l’industrie de la pêche, les phoques nuisent aux stocks de poissons commerciaux. Et les observations de requins au large de la Nouvelle-Angleterre sont en augmentation. Alors, quels autres scénarios pourraient se produire?

Les phoques du Groenland sont probablement déjà confrontés à des facteurs limitant leur croissance. À un moment donné, il se peut qu’il n’y ait pas assez de nourriture pour nourrir plus de phoques, et bien que restreindre davantage la pêche commerciale pourrait retarder cela, ce ne serait qu’un pansement. Si cela se produit, la nature interviendra avec des remèdes comme la famine et la maladie. Un autre facteur limitant à la croissance pourrait être le changement climatique. Si la banquise sur laquelle se reproduisent les phoques du Groenland continue de reculer, cela pourrait réduire le taux de reproduction des phoques ou les obliger à se déplacer hors de portée des chasseurs de phoque, ce qui aurait des conséquences sur les économies locales.

Les phoques gris, quant à eux, semblent disposer pour l’instant d’un filet de sécurité qui consiste à étendre leur aire de répartition vers le sud. Cela provoque déjà des conflits avec les pêcheurs au large de la Nouvelle-Angleterre, et bien sûr, il y a ces attaques de requins. Ces conflits ne manqueront pas d’augmenter, tout comme les appels à modifier le Marine Mammal Protection Act pour permettre l’abattage des phoques gris.

Toute cette incertitude peut être minimisée, cependant, seulement si les efforts sont intensifiés maintenant pour équilibrer les intérêts de l’industrie de la pêche avec la santé des populations de phoques. Pour le moment, seule l’industrie de la pêche est gérée, tandis que les phoques sont largement incontrôlés, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir.

 

Sources:

  1. https://www.dfo-mpo.gc.ca/fisheries-peches/seals-phoques/species-especes/index-eng.html
  2. https://www.dfo-mpo.gc.ca/species-especes/profiles-profils/harpseal-phoquegroenland-eng.html
  3. https://canadiansealproducts.com/the-canadian-seal/sustainability/the-seal
  4. https://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/Publications/SAR-AS/2014/2014_010-eng.html
  5. https://www.saltwire.com/atlantic-canada/business/5-miles-of-seals-newfoundland-fishermans-video-goes-viral-fires-up-more-debate-about-pinnipeds-100597203/#
  6. https://www.researchgate.net/publication/284675201_Food_consumption_estimates_of_Barents_Sea_harp_seals
  7. https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.3402/polar.v10i2.6771: “Present estimates indicate average maintenance requirements of about 13,600 and ll,150kcal/day for adult female and male harp seals respectively. The high value for the females is due to the costs of pregnancy and lactation. With a mean energy density of prey of 1500 kcal/kg, the corresponding food consumption is 9 kg/day for females and 7.4 kg/day for males.” Calculation: (7.4+9)/2 = average of 8.2KG per seal. 8.2*365 days per year = 2,993KG. 2,993KG x 7.4 million harp seals = 22,148,200,000. 22,148,200,000 (total KG of fish eaten by harp seals)/ 560,000,000 (harvested by the Atlantic fishing fleet in 2019)= 39.55 TIMES
  8. https://www.dfo-mpo.gc.ca/stats/commercial/land-debarq/sea-maritimes/s2019aq-eng.htm
  9. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/40805542.pdf
  10. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/365597.pdf
  11. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/40594105.pdf
  12. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/40619278.pdf
  13. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/365470.pdf
  14. https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/40614153.pdf
  15. https://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/Publications/SAR-AS/2021/2021_022-eng.pdf
  16. https://www.wbur.org/news/2020/07/30/seal-increase-shark-attack-sightings-maine-cape-cod
  17. https://fox23maine.com/news/local/one-year-later-changes-made-after-deadly-shark-attack-in-harpswell
  18. https://www.bostonmagazine.com/news/2019/05/14/cape-cod-sharks/

Références