iceberg vector shape

Plus d'oméga-3 peut vous aider à vieillir plus lentement et à vivre plus longtemps

25 June 2021
Huile de phoque
Getting enough omega-3 seal oil may help you live longer_Canadian Seal Products (9)

Deux études publiées en avril s’ajoutent à un vaste et croissant corpus de recherches sur les bienfaits pour la santé des acides gras oméga-3, également connus sous le nom d’acides gras polyinsaturés n-3 ou AGPI. Et les nouvelles sont toutes bonnes pour les fans d’huile de phoque, l’une des plus riches sources d’oméga-3. Une de ces deux études démontre que les oméga-3 peuvent ralentir le processus de vieillissement et réduire le risque de dépression, tandis que la deuxième établit que les oméga-3 peuvent spécifiquement nous aider à vivre plus longtemps.

Les acides gras oméga-3 sont des “nutriments essentiels”, ce qui signifie que notre corps en a besoin mais ne les produit pas, nous devons donc les obtenir par notre alimentation. Les plus importants oméga-3 pour l’homme sont l’acide alpha-linolénique (ALA), que nous obtenons des plantes, l’acide docosahexaénoïque (ADH) et l’acide eicosapentaénoïque (AEP). Ces deux derniers sont les plus abondants dans la vie marine d’eau froide, notamment les phoques, les poissons gras, les calmars et krill. L’acide docosapentaénoïque (ADP), dont la meilleure source est sans aucun doute l’huile de phoque, est également important.

On sait depuis les années 1930 que les acides gras oméga-3 sont essentiels à la croissance et à la santé normales des humains, et la recherche sur leurs bienfaits n’a cessé d’augmenter depuis les années 1980. Nous savons maintenant qu’ils font partie intégrante des membranes qui entourent chaque cellule du corps et jouent un rôle dans les fonctions du cœur, des vaisseaux sanguins, des poumons, du système immunitaire et du système endocrinien. Il existe également de nombreuses preuves suggérant que le ADH et l’AEP peuvent réduire le risque de maladie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral.

Ralentissement des effets du vieillissement

La première étude a révélé que les suppléments d’oméga-3 peuvent supprimer les dommages causés aux cellules et renforcer leur protection pendant et après le stress, ralentissant ainsi les effets du vieillissement. Les mêmes processus peuvent également bénéficier aux personnes souffrant de dépression.

« La supplémentation en oméga-3 et la réactivité au stress des biomarqueurs du vieillissement cellulaire : une sous-étude auxiliaire d’un essai contrôlé randomisé chez des adultes de la quarantaine », par des chercheurs de l’Ohio State University, a été publiée dans le numéro d’avril de la revue Molecular Psychiatry.

L’étude a examiné l’effet des suppléments d’oméga-3 sur les biomarqueurs cellulaires du processus de vieillissement, en particulier le cortisol, une hormone liée au stress, l’enzyme télomérase qui reconstruit les télomères et les cytokines anti-inflammatoires et pro-inflammatoires.

L’étude a été porté sur 138 personnes sédentaires, en surpoids et d’âge moyen, et les a réparties au hasard en trois groupes. Sur une période de quatre mois, ceux-ci ont ensuite reçu soit un placebo, soit un supplément d’oméga-3, à une dose de 1,25 ou 2,5 g/j. Avant et après la période d’essai, les participants ont été soumis à un test de stress social de Trèves, connu pour produire de manière fiable des réponses de stress inflammatoire.

Pendant une période de deux heures suivant le test d’effort, le groupe placebo a montré une baisse de 24 % de la réactivité de la télomérase, et une baisse de 26 % de celle de la cytokine anti-inflammatoire IL-10. Mais ces baisses n’ont été observées dans aucun des groupes ayant pris des suppléments d’oméga-3, ce qui indique que toute réparation cellulaire nécessaire après le test d’effort – y compris la restauration des télomères – pourrait être effectuée comme d’habitude. Ceux qui prenaient des suppléments d’oméga-3 ont également affiché des niveaux réduits pendant le test d’effort de cortisol et de la cytokine pro-inflammatoire IL-6. La réduction a été particulièrement marquée dans le groupe prenant 2,5 µg/j, avec une baisse de 19% du cortisol par rapport au groupe placebo et une baisse de l’IL-6 de 33%.

En d’autres termes, les oméga-3 semblent bloquer les diminutions liées au stress de l’activité de la télomérase et de la signalisation cellulaire anti-inflammatoire. Le fait que les résultats étaient dépendants de la dose, la dose la plus élevée d’oméga-3 ayant plus d’effet, suggérait en outre une relation causale.

Ces résultats suggèrent qu’en abaissant l’inflammation globale et les niveaux de cortisol en période de stress, et en stimulant les mécanismes de réparation par la suite, un apport plus élevé d’oméga-3 peut ralentir le processus de vieillissement. Les chercheurs ont également suggéré qu’en réduisant l’inflammation liée au stress, les oméga-3 pourraient également perturber le lien entre le stress répété et la dépression. Seulement environ un tiers des personnes souffrant de dépression présentent une inflammation accrue, mais pour celles qui en souffrent, un supplément d’oméga-3 pourrait aider.

Risque réduit de décès prématuré

En supposant que nous prenions raisonnablement soin de nous en général, il est logique qu’une alimentation saine augmente nos chances de vivre plus longtemps, et à tout le moins ne la raccourcisse pas. Maintenant, les chercheurs ont mis cela à l’épreuve en comparant les taux sanguins d’oméga-3 chez l’homme avec le risque de mourir non seulement de causes spécifiques, mais aussi de « mortalité toutes causes confondues».

« Niveaux d’acides gras n-3 dans le sang et mortalité totale et par cause à partir de 17 études prospectives » par Harris WS, Tintle NL, Imamura F, et al. du Fatty Acids and Outcomes Research Consortium, a été publié dans le numéro d’avril 2021 de la revue Nature Communications. La méta-étude a regroupé les données de 17 études précédentes portant sur 42 466 individus, suivis sur une moyenne de 16 ans, dont 15 720 étaient décédés.

Les chercheurs ont découvert que des niveaux plus élevés d’oméga-3 dans le sang étaient non seulement associés à des risques plus faibles de décès dus à des causes spécifiques telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires, mais réduisaient également le risque de décès prématuré toutes causes confondues.

Les auteurs de l’article ont déclaré : « Nous avons constaté qu’après un ajustement multivarié pour les facteurs de risque pertinents, le risque de décès toutes causes confondues était significativement plus faible (de 15 à 18 %, au moins p < 0,003) dans le quintile le plus élevé par rapport au quintile le plus bas » pour l’AEP , ADH et ADP dans le sang. Des résultats similaires ont été trouvés pour les décès dus aux maladies cardiovasculaires, au cancer et à d’autres causes, mais aucune association de ce type n’a été observée pour les différents niveaux d’ALA. “Ces résultats suggèrent que des niveaux circulants plus élevés d’AGPI n-3 marins sont associés à un risque plus faible de décès prématuré.”

En bref, avoir des niveaux plus élevés de ADH, AEP et ADP dans le sang peut vous aider à vivre plus longtemps. Ne vous faites pas renverser par un bus !

Sources:

  1. Madison Et al., Omega-3 supplementation and stress reactivity of cellular aging biomarkers: an ancillary substudy of a randomized, controlled trial in midlife adults, Molecular Psychiatry <https://www.nature.com/articles/s41380-021-01077-2> April 2021
  2. Harris Et al., Blood n-3 fatty acid levels and total and cause-specific mortality from 17 prospective studies, National Library of Medicine <https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33888689/> April 2021

Références