iceberg vector shape

Oméga-3 de loup-marin: pour votre santé et bien-être

19 October 2020
Huile de phoque
naassom-azevedo-AcWC8WuCQ_k-unsplash

La recherche continue d’avancer! L’huile de phoque est bonne pour vous tous, y compris vos os, vos articulations, votre cœur et votre cerveau. Et cela est vrai quel que soit votre âge. En fait, certains des avantages les plus importants de l’huile de phoque peuvent être ressentis par les plus jeunes d’entre nous.

 

L’huile de phoque est riche en acides gras oméga-3, qui contribuent de manière cruciale à votre santé globale. Ici, nous examinons de plus près quatre raisons principales pour lesquelles vous devriez envisager d’ajouter des suppléments d’huile de phoque à votre alimentation quotidienne.

 

 

1. Santé Cardiovasculaire

L’huile de phoque contient trois acides gras essentiels (oméga-3) polyinsaturés: l’acide docosapentaénoïque (DPA), l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). Tous les trois sont importants dans la lutte contre les maladies cardiaques, mais le DPA est la vedette du spectacle : sa capacité à réduire l’accumulation dans les artères et à diminuer le risque de caillots sanguins est plusieurs fois supérieure à celle de l’EPA ou du DHA.

 

Le DPA est également précieux pour sa capacité à stimuler l’intégration de l’EPA et du DHA dans le corps. L’huile de phoque est l’une des rares sources naturelles de DPA, autre que le lait maternel. L’huile de poisson, par exemple, bien qu’elle soit également une bonne source d’oméga-3, ne contient pratiquement pas ou peu de DPA.

 

Il a également été démontré qu’une supplémentation régulière en oméga-3 réduit la tension artérielle et le taux de cholestérol.

 

2. Santé articulaire

L’inflammation à long terme contribue à de nombreuses maladies chroniques, notamment le psoriasis, l’arthrite et les douleurs articulaires; Les suppléments d’huile de phoque peuvent aider à apaiser les symptômes et à améliorer la santé globale des articulations. Il a été démontré que les acides gras oméga-3 réduisent la production par le corps de molécules liées à l’inflammation, telles que les eicosanoïdes inflammatoires et les cytokines.

 

Encore une fois, la composition des suppléments d’huile de phoque en fait la source idéale d’oméga-3 pour la santé des articulations : le DPA s’est avéré 10 fois plus efficace que l’EPA pour réparer les vaisseaux sanguins endommagés et réduire les maladies inflammatoires telles que l’arthrite et la polyarthrite rhumatoïde.

 

3. Santé mentale et cognitive 

L’huile de phoque donne un coup de pouce pour la santé du cerveau! Les oméga-3 équilibrés contenus dans l’huile de phoque peuvent améliorer le fonctionnement du système nerveux central, vous fortifiant contre la perte de capacités cognitives et de mémoire liée au vieillissement.

 

Des recherches importantes ont établi un lien entre de faibles niveaux d’oméga-3 et l’anxiété et la dépression. Il a été démontré que la prise de suppléments d’oméga-3, y compris l’huile de phoque, aide à soulager certains de ces symptômes, notamment les sautes d’humeur, la léthargie et la tristesse.

 

De plus, un nombre croissant de preuves scientifiques suggèrent que les suppléments d’oméga-3 peuvent aider à lutter contre le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Une étude, publiée dans la revue Neuropsychopharmacology, a conclu que la supplémentation en oméga-3 améliore les symptômes cliniques et les performances cognitives chez les enfants et les adolescents atteints de TDAH. D’autres études, publiées dans Nature et ailleurs, ont corroboré ces résultats.

 

L’huile de phoque n’est pas une panacée pour la santé mentale, mais les suppléments naturels d’huile de phoque, pris conformément aux directives, peuvent avoir un impact positif prouvé sur les symptômes de dépression, d’anxiété et de problèmes d’attention, entre autres préoccupations.

 

4. Développement du fœtus et de l’enfant

Les suppléments d’huile de phoque sont bénéfiques pour toute la famille, petits et grands. Mais peut-être qu’ils sont d’une valeur plus grande encore pendant la grossesse.

 

Pensez-y : le DHA représente 40 % des acides gras polyinsaturés de votre cerveau et 60 % de la rétine de votre œil. Il n’est donc pas surprenant que les oméga-3 soient essentiels au développement du cerveau, des yeux et des nerfs pendant la grossesse et les premières années de la vie de l’enfant. La consommation d’huile de phoque riche en oméga-3 augmente également le niveau de DHA dans le lait maternel, qui est transmis à l’enfant lorsqu’il en a le plus besoin.

 

Une supplémentation en huile de phoque aidera la mère et l’enfant à rester forts et en bonne santé, dès le développement précoce et tout au long de leur vie.

 

Huile de phoque : quoi rechercher?

Choisissez une huile de phoque 100 % canadienne, pure et exempte de toxines et de contaminants. Et, bien sûr, consultez toujours votre médecin avant de prendre des suppléments, surtout si on vous a déjà prescrit des médicaments pour une condition.

 

Sources:

  1. Dienke J Bos et al. Neuropsychopharmacology Journal. Reduced Symptoms of Inattention after Dietary Omega-3 Fatty Acid Supplementation in Boys with and without Attention Deficit/Hyperactivity Disorder. March 2015.
  2. Jane Pei-Chen Chang et al. Neuropsychopharmacology Journal. Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids in Youths with Attention Deficit Hyperactivity Disorder. Feb. 2018.
  3. Kuan-Pin Su et al. Jama Network. Association of Use of Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids With Changes in Severity of Anxiety Symptoms. Sept. 2018.
  4. Neil J . Mann, et al. Effects of seal oil and tuna-fish oil on platelet parameters and plasma lipid levels in healthy subjects, epub, 2010.
  5. Skulas-Ray et al. RedBlood Cell Docosapentaenoic Acid (DPA n-3) is Inversely Associated with Triglycerides and C-reactive Protein (CRP) in Healthy Adults and Dose-DependentlyIncreasesFollowingn-3 FattyAcid Supplementation. Nutrients 2015; 7:6390-404.
  6. ToshieKanayasu-Toyoda, et al. Docosapentaenoicacid(22:5, n-3), an elongationmetaboliteof eicosapentaenoicacid(20:5, n-3), is a potent stimulator of endothelial cell migration on pretreatment in vitro, 1996.

Références