iceberg vector shape
In the news

Huile de phoque : le témoignage de Ryan

27 April 2022
Huile de phoque

Huile de phoque : le témoignage de Ryan

 

 

Découvrez ci-dessous l’histoire de Ryan, son diagnostic de spondylarthrite ankylosante et la façon dont l’huile de phoque a tout changé pour lui.

 

« Après avoir découvert votre étude sur la polyarthrite rhumatoïde, j’ai ressenti le besoin extrême de vous contacter.

 

Je sais que l’étude exclut les personnes atteintes d’autres maladies auto-immunes, mais je voulais vous faire part de cette histoire : en 2014, après avoir consulté un nombre incalculable de médecins et de spécialistes sur une période de 20 ans et dans deux provinces, j’ai reçu un diagnostic de spondylarthrite ankylosante. Au fil des années, on m’a dit que c’était de la sciatique ou des problèmes d’articulation sacro-iliaque, avant que je me retrouve enfin face à une rhumatologue à Toronto.

 

Elle a posé son diagnostic à l’issue de consultations régulières, ainsi que d’une multitude de radiographies, d’analyses de sang/de tests génétiques, d’IRM et d’examen des antécédents médicaux.

 

On m’a prescrit 500 mg de naproxène sodique, puis je suis passé à 750 mg, pour finir par atteindre 1 000 mg, mais cela n’a rien changé dans les phases actives de la maladie.

 

Le naproxène sodique s’est avéré inutile; en fait, je pense que le traitement n’a fait qu’ajouter à ma détresse lorsque j’ai vu que ça ne m’aidait pas. Mon niveau de stress et d’anxiété par rapport à ma situation ne faisait qu’augmenter.

 

Lorsque la maladie est active, je ne peux pas me retourner dans mon lit, mettre des chaussettes ou des chaussures ou marcher correctement. Je me suis même déjà effondré en marchant ou lorsque je me tenais debout. Rester immobile ou allongé ne m’aide pas non plus. D’être humain autonome, je suis devenu inutile et extrêmement dépendant des autres.

 

À un moment donné, je me suis retrouvé sans travail et incapable de payer mes médicaments. C’est là qu’un ami m’a conseillé d’essayer l’huile de phoque. J’ai effectué des recherches de mon côté et j’ai vu que l’huile de phoque pouvait aider à lutter contre l’inflammation, et qu’elle pouvait également être bonne pour le cœur. J’ai donc décidé d’essayer. Mes parents m’ont envoyé quelques flacons.

J’ai commencé doucement en prenant 1 gélule le matin et 1 gélule le soir; après une semaine, j’ai augmenté ma dose en ajoutant 1 gélule à deux le matin et deux autres le soir. La composition d’une capsule est la suivante :

 

Pour 500 mg

 

AGPI oméga-3 115 mg

EPA                        34 mg

DHA                      45 mg

DPA                        20 mg

Acides gras saturés 60 mg

Oméga-9              140 mg

 

Avant, j’avais quatre à cinq poussées par an, qui me mettaient dans un état d’affaiblissement extrême. Aujourd’hui, cela fait sept ans que je n’ai pas eu de poussée. L’épisode le plus long a duré trois mois quand j’avais 33 ans. La plupart des épisodes ont duré d’une à trois semaines.

 

La plupart du temps, je prends entre trois et cinq capsules par jour, et j’attribue pleinement le soulagement de mes épisodes de spondylarthrite ankylosante à l’huile de phoque.

 

Mon premier épisode est survenu à l’âge de 17 ans et j’en ai maintenant 42. Ils pouvaient survenir à tout moment, que mon niveau de forme physique soit très moyen ou très bon. Cela n’avait aucun sens.

 

Si vous souhaitez en savoir plus ou si vous avez des questions, je serais heureux de discuter de mon expérience plus en détail avec vous.

 

Je ne suis pas retourné voir ma spécialiste depuis sa dernière ordonnance, que je n’ai pas fait remplir. Actuellement, je n’ai aucune raison de retourner la voir. Bien entendu, je reprendrais rendez-vous si j’en ai besoin à tout moment.

 

N’hésitez pas à me contacter sur mon cellulaire ou par courriel. »

 

Courage à vous.

 

Cordialement,

 

Ryan (mars 2022)

Références