iceberg vector shape

Les partisans de la chasse aux phoques

Au niveau national et international, de nombreuses organisations de conservation ont exprimé leur soutien envers la chasse au phoque au Canada. Leur soutien souligne la durabilité et la valeur de cette chasse soigneusement gérée et réglementée.

mapple leaf vector shape
iceberg vector shape

Les partisans de la chasse aux phoques au Canada : selon leurs propres termes

Le gouvernement fédéral, par l’intermédiaire de Pêches et Océans Canada, soutient sans équivoque la chasse au phoque et l’accès au marché mondial pour ses produits :

« Le gouvernement canadien soutient l’utilisation durable d’une ressource renouvelable telle que le phoque du Groenland. Comme pour toutes les pêches canadiennes, le ministère des Pêches et des Océans soutient et réglemente la chasse aux phoques et s’engage à veiller à ce qu’elle soit pratiquée de façon durable, sûre et sans cruauté.

La chasse aux phoques au Canada est l’une des plus réglementées et contrôlées au monde. Il s’agit d’une activité économique et culturelle importante pour des collectivités du Canada atlantique, du Québec et de l’Arctique. »

—-Pêches et Océans Canada, lien : L’importance de la chasse aux phoques

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) Canada, l’une des principales organisations mondiales de conservation, surveille de près la chasse aux phoques et se déclare satisfait des pratiques qui y sont associées, ainsi que du nombre de phoques du Groenland.

Lors de sa prise de position sur la chasse, le WWF a déclaré :

« Sur le plan de la conservation, la population de phoques du Groenland a atteint un niveau presque record, avec un nombre d’individus estimé à huit millions. À l’heure actuelle, les activités de chasse ne menacent pas la santé de l’espèce à long terme ».

—WWF Canada, lien : Déclaration de position : la chasse au phoque du Groenland dans l’écorégion de l’Atlantique Nord-Ouest

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) Canada, l’une des principales organisations mondiales de conservation, surveille de près la chasse aux phoques et se déclare satisfait des pratiques qui y sont associées, ainsi que du nombre de phoques du Groenland.

Lors de sa prise de position sur la chasse, le WWF a déclaré :

« Sur le plan de la conservation, la population de phoques du Groenland a atteint un niveau presque record, avec un nombre d’individus estimé à huit millions. À l’heure actuelle, les activités de chasse ne menacent pas la santé de l’espèce à long terme ».

—WWF Canada, lien : Déclaration de position : la chasse au phoque du Groenland dans l’écorégion de l’Atlantique Nord-Ouest

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) Canada, l’une des principales organisations mondiales de conservation, surveille de près la chasse aux phoques et se déclare satisfait des pratiques qui y sont associées, ainsi que du nombre de phoques du Groenland.

Lors de sa prise de position sur la chasse, le WWF a déclaré :

« Sur le plan de la conservation, la population de phoques du Groenland a atteint un niveau presque record, avec un nombre d’individus estimé à huit millions. À l’heure actuelle, les activités de chasse ne menacent pas la santé de l’espèce à long terme ».

—WWF Canada, lien : Déclaration de position : la chasse au phoque du Groenland dans l’écorégion de l’Atlantique Nord-Ouest

Durable, respectueuse et économiquement viable

D’autres organisations ont également évalué les populations de phoques du Canada et la viabilité de la chasse.

Fourchette bleue publie un écoguide annuel – une liste des espèces marines comestibles du Saint-Laurent présentes en quantité suffisante et pêchées dans le respect des fonds marins. L’objectif de Fourchette bleue est de promouvoir des espèces moins connues mais nutritives et durables. Le phoque du Groenland et le phoque gris figurent tous deux sur la dernière liste de Fourchette bleue. Fourchette bleue se base sur les conseils de chercheurs et de biologistes marins pour établir sa liste.

Au niveau mondial, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est la référence en matière de statut de conservation des espèces animales, végétales et fongiques. La liste rouge des espèces menacées de l’UICN classe le phoque du Groenland et le phoque gris parmi les espèces les moins préoccupantes.

De même, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) ne mentionne ni n’impose aucune restriction au commerce du phoque du Groenland, du phoque gris, du phoque annelé ou du phoque commun.

La CITES est un accord international conclu entre les gouvernements qui veille à ce que le commerce international des animaux et des plantes sauvages ne menace pas leur survie. La Convention est appliquée au Canada conformément au Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages (WAPTR) adopté en vertu de la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international (LPEAVSRCII). Les espèces de phoques susmentionnées ne sont pas non plus inscrites dans le WAPTR, ce qui confirme l’abondance de leurs populations. (Lettre d’Environnement Canada au Réseau des gestionnaires de la ressource du phoque concernant les espèces de phoques protégées par la CITES (2 juillet 2020))

Les opposants à la chasse aux phoques au Canada semblent ignorer ces faits et ciblent plutôt sur les émotions des personnes déconnectées de la réalité de cette chasse respectueuse de l’environnement. Nous laissons le dernier mot au célèbre écologiste Jacques Cousteau, qui a critiqué le mouvement anti-chasse aux phoques en 1978 :

« Nous devons être logiques. Notre activité doit d’abord être axée sur les espèces menacées. Ceux qui sont émus par le sort du phoque du Groenland pourraient l’être aussi par celui du porc – la façon dont ils sont abattus est horrible. »

Jacques Cousteau

 

Au niveau national et international, de nombreuses organisations de conservation se sont prononcées en faveur de la chasse au phoque au Canada.

Références